Le Bassin d’Arcachon

Le Bassin d'Arcachon

Découvrez le bassin d'Arcachon autrement
avec votre guide conférencière
VALÉRIE SUTRA

Située à moins d’une heure de route au Sud-Ouest de Bordeaux, cette petite mer intérieure de 155km2 donnant sur l’Océan Atlantique est connue de tous sous le nom de Bassin d’Arcachon... et pourtant il ne se livre vraiment qu’à ceux qui veulent bien prendre le temps d’y regarder de plus près. Il offre aux regards des visiteurs des paysages et des histoires qui surprennent toujours...

Au fil du temps, les vents et les marées façonnent ses paysages, tandis que l’Homme y inscrit son histoire.

Riche en patrimoines naturels et culturels, le Bassin d’Arcachon attire beaucoup de visiteurs pour sa beauté, sa tranquillité, sa qualité de vie...mais que ce cache t'il donc vraiment derrière ces noms si connus : Dune du Pilat, Banc d’Arguin, île aux oiseaux, cabanes Tchanquées, Arcachon, La Teste de Buch, Gujan-Mestras, Cap-Ferret, ports ostréicoles, Huîtres du Bassin d’Arcachon, Ville d’Hiver… ?

La nature bien sûr, des histoires et des anecdotes aussi, mais surtout des hommes et des femmes qui y ont séjourné un moment, d’autres qui y viennent régulièrement à la belle saison et tous ceux qui y vivent tout au long de l'année.

En visite guidée, je vous transmets les histoires de ses principaux sites emblématiques comme les plus intimes, et vous dévoile quelques «clefs» pour mieux le comprendre, capter et ressentir « l’esprit du Bassin »… un véritable art de vivre.

Retrouvez mes articles

Quelques suggestions de lectures

Pour ceux qui aiment lire, Je vous propose ici une petite sélection des nombreux livres écrits en rapport avec le Bassin d’Arcachon. Ceux que j’ai le plus aimés pour leur rapport avec des réalités historiques, pour les intrigues, ou qui … Read More

Featured Post

Bon Cadeau- anniversaire, EVJF…

Vous cherchez un cadeau original pour un anniversaire, un enterrement de vie de jeune fille (ou jeune homme), un mariage, un départ à la retraite, à offrir à vos meilleurs clients… ou tout simplement pour faire plaisir. Vous pouvez offrir … Read More

Featured Post

Reportages TV

Depuis que j’exerce mon métier de guide, j’ai eu la chance de participer à différents reportages. C’est à chaque fois une expérience extraordinaire! Toujours avec des équipes très sympathiques, qui savent mettre à l’aise dans ces exercices difficiles, et de … Read More

Featured Post

Visites guidées en vélo

Le vélo est idéal pour se déplacer n’importe où et profiter des visites guidées. Cela permet d’allier visite culturelle et activité… c’est bon pour la santé Il y a plus de 100 km de pistes cyclables sur le Bassin d’Arcachon… … Read More

Featured Post

Une visite guidée est toujours unique

« Chaque visite guidée est unique » – Chaque individu étant unique, chaque guide est unique. Chaque guide arrive avec ses connaissances, mais aussi sa personnalité, ses émotions, ses expériences de vie (personnelles et professionnelles)… – Chaque groupe (même en petit comité) … Read More

Featured Post

Être guide, un métier et une vocation…

« Être guide est un métier mais pas seulement… c’est pour moi une véritable vocation ! » C’est un métier car cela s’apprend, il faut une bonne formation : Pour faire des visites guidées il est absolument necéssaire d’acquérir certaines connaisances spécifiques. Il faut … Read More

Featured Post

L' ANECDOTE DU MOIS : L'hommage au Prince Philip...

En cette mi-avril 2021, rendons hommage au prince Philip (Mountbatten, Duc d’Edimbourg), époux de la reine Elisabeth II, né Philippe de Grèce le 10 juin 1921 et décédé le 9 avril 2021 à donc presque 100 ans.

Pourquoi rendre ici hommage au Prince Philp en associant au drapeau anglais et français le drapeau d’Arcachon et l’écusson de l’Aquitaine ? Pourquoi y associer le portrait d’Aliénor Duchesse d’Aquitaine au XII ème siècle et le portrait de Jean de Foix de Candale, Captal de Buch au XV ème siècle ?

Petit retour dans le passé…

Est il nécessaire de rappeler que durant 300 ans l’Aquitaine (et donc le Bassin d’Arcachon) a été anglaise, suite au mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt en 1152 et ce jusqu’à la fin de la Guerre de Cent ans avec la Bataille de Castillon en 1453. De cette période il y a souvent eu des échanges commerciaux et amicaux entre l’Aquitaine en général et mais aussi entre le Bassin d’Arcachon et les anglais.

Mais revenons surtout sur les personnages lointains mais qui ont un rapport avec la région et le Prince :

  • Nous savons tous que la reine Elisabeth II est une descendante (à la 26 ème génération) de notre chère Aliénor Duchesse d’Aquitaine (qui fut reine de France puis reine d’Angleterre en épousant Henri Plantagenêt qui deviendra Henri II roi d’Angleterre), par le cinquième et dernier fils d’Aliénor et Henri II, celui que l’on connait surtout sous le nom de « Jean sans Terre » et devenu roi d’Angleterre après le décès du fils chéri, Richard « Coeur de Lion ».

  • Le Prince Philip quant à lui, a aussi des racines plongeant en Gironde… le président de l’association historique et archéologique du Cubzaguais s’est amusé à remonter l’arbre généalogique du prince… et retrouve une parenté à la 22ème génération avec le Pape Clément V !

    On y apprend aussi et surtout que le prince Philip est aussi descendant à la 16 ème génération d’un certain Jean de Foix de Candane, Captal de Buch !!! Donc un seigneur de La Teste !

Une belle occasion de présenter ici cet aïeul de celui qui fut l’époux de la reine d’Angleterre pendant plus de 70 ans:

Jean de Foix de Candale (1410- 1485) qui eut une importance primordiale sur le droits des Testerins, Arcachonnais et Gujannais sur la forêt usagère !!!

Jean de Foix– Grailly était comte de la Benauge, Captal de Buch… (source: article de HTBA – « 1468 la baillette concernant la forêt usagère »)

Au service du roi d’Angleterre Henri VI, il est chargé de reprendre Bordeaux au français pendant la Guerre de Cent Ans.

Il est grièvement blessé à la Bataille de Castillon en 1453. Il est prisonnier du roi de France Charles VII dans le château de Taillebourg (17) pendant 7 ans, jusqu’à ce que sa rançon de 23 850 écus soit versée.

En 1460 il s’exile en Angleterre au moment ou Louis XI est couronné roi de France.

A Londres il est fait chevalier de la Jarretière et épouse Marguerite de Kerdeston (aristocrate lointaine descendante du roi Henri III ( fils de celui que l’on connait sous le nom de Jean Sans Terre et donc petit fils d’Aliénor d’Aquitaine). Elle est comtesse de Kendal (qui sera francisé en Candale).

Durant cette période anglaise, Jean de Foix de Candale ne s’enrichit pas car son épouse a elle même perdu ses biens dans les révolutions. Il devient même marchand de laine pour vivre !

Mais heureusement, le nouveau roi de France Louis XI a conscience que pour gagner l’unité du royaume et redonner la prospérité perdue à l’Aquitaine, il faut rendre les privilèges accordés jadis par les rois Plantagenêts et la liberté de commerce des vins avec l’Angleterre. Il rétablit donc les anciens seigneurs de l’ancien duché d’Aquitaine dans leurs droits pour qu’ils puissent rentrer d’exil.

En 1462 lors du mariage de son fils, Louis XI séjourne 1 mois à Bordeaux. A cette occasion il pardonne aux Foix-Grailly leur fidélité aux rois d’Angleterre et rend « à son très cher et aimé cousin Jean de Foix- Comte de Candale » tous les biens qui avaient été confisqués sous son père Charles VII après la Bataille de Castillon, parmi eux Comte de la Benauge, le Captal de Buch, Vicomte de Castillon…

Après une absence de 10 ans, Jean de Foix de Candale pour réaffirmer ses droits, décide dans son captalat d’interdire aux habitants des 3 paroisses (La Teste, Gujan et Mestras) d’entrer dans « sa montagne », d’y faire « hobre de gemme » et de « rousina ».

Ne résidant pas à La Teste, il vient dans son château- forteresse de La Teste en octobre 1468 et le 10 il y reçoit des représentants de Gujan et de Mestras, ainsi que des représentants de La Teste qui lui exposent leur grande pauvreté et que son père défunt (Gaston Ier de Foix-Grailly) leur avait accordé le droit de faire gemme et résine, de prendre du bois mort et le bois à équarrir moyennant une petite redevance.

Finalement, devant eux, Jean de Foix de Candale trouve leur requête juste et pleine de raison et leur donne satisfaction, confirmant (sans augmenter) la redevance de 20 ardits fixée par son père.

Cette « baillette » signée et enregistrée ce 10 octobre 1468 devant témoins est le document de base des habitants de La Teste, Gujan et Mestras (et maintenant Arcachon) sur la forêt usagère.

En réaffirmant ce droit d’usage, Jean de Foix de Candale espère attirer de nouveaux habitants et ainsi repeupler le Captalat !

A la lecture de cet article de HTBA on voit donc, que si l’épouse anglaise de Jean de Foix, qui lui donnera le nom de Candale, était une descendante de Jean sans Terre, dernier fils d’Aliènor d’Aquitaine… puisque le prince Philip est un descendant de Jean de Foix de Candale et de son épouse… il est donc lui aussi un descendant d’Aliénor d’Aquitaine !!!

Voici pourquoi sur la photo, j’ai souhaité associer à la fois le portrait du prince Philip, d’Aliénor d’Aquitaine et son emblème (le lion), au portrait de Jean de Foix de Candale captal de Buch, donc ses lointains parents de notre région.

Maintenant, pourquoi associer le drapeau d’Arcachon à cet hommage au prince Philip ?

Et bien l’historien Arcachonnais Michel Boyé, nous a rappelé à l’occasion du décès du prince, que celui-ci était venu enfant, avec ses parents, à Arcachon….  ce qu’il avait déjà présenté dans son livre « la Chronique arcachonnaise » publié en 2012 et qu’a rappelé un article de Sud-Ouest au décès du prince.

En 1923, alors âgé de 2 ans, celui qui n’était alors que le fils du prince André de Grèce a séjourné à Arcachon .

C’est en épluchant « l’Avenir d’Arcachon » que Michel Boyé a trouvé cette information. Il paraissait tous les dimanche. Le 12 août 1923 il mentionne dans sa rubrique « informations » l’arrivée de l’honorable Nelson Moria, ambassadeur des Etats-Unis à Stockholm, du prince et de la princesse André de Grèce, de la marquise Myfford Haven et d’une longue suite de prestigieux personnages.

La semaine suivante, dans son édition du 19 août, l’hebdomadaire stipule que la famille royale de Grèce a assisté à une représentation d’André Perchicot et que « les princes ont vivement applaudi ». Un succès triomphal est-il précisé !. Ensuite une dernière trace du royal passage dans le secteur est mentionnée dans l’édition du 16 septembre à l’occasion d’une balade à Sanguinet. 

Grâce donc à Michel Boyé, nous savons que le prince est venu à Arcachon et la ville d’Arcachon, depuis l’annonce du décès du prince, lui rend hommage en ayant levé les drapeaux anglais un peu partout dans la ville.

Une manière encore de montrer nos liens entre la région et l’Angleterre…!

Valérie Sutra – le 16 avril 2021

Réservez votre visite