Le Bassin d’Arcachon

Le Bassin d'Arcachon

Découvrez le bassin d'Arcachon autrement
avec votre guide conférencière
VALÉRIE SUTRA

Située à moins d’une heure de route au Sud-Ouest de Bordeaux, cette petite mer intérieure de 155km2 donnant sur l’Océan Atlantique est connue de tous sous le nom de Bassin d’Arcachon... et pourtant il ne se livre vraiment qu’à ceux qui veulent bien prendre le temps d’y regarder de plus près. Il offre aux regards des visiteurs des paysages et des histoires qui surprennent toujours...

Au fil du temps, les vents et les marées façonnent ses paysages, tandis que l’Homme y inscrit son histoire.

Riche en patrimoines naturels et culturels, le Bassin d’Arcachon attire beaucoup de visiteurs pour sa beauté, sa tranquillité, sa qualité de vie...mais que ce cache t'il donc vraiment derrière ces noms si connus : Dune du Pilat, Banc d’Arguin, île aux oiseaux, cabanes Tchanquées, Arcachon, La Teste de Buch, Gujan-Mestras, Cap-Ferret, ports ostréicoles, Huîtres du Bassin d’Arcachon, Ville d’Hiver… ?

La nature bien sûr, des histoires et des anecdotes aussi, mais surtout des hommes et des femmes qui y ont séjourné un moment, d’autres qui y viennent régulièrement à la belle saison et tous ceux qui y vivent tout au long de l'année.

En visite guidée, je vous transmets les histoires de ses principaux sites emblématiques comme les plus intimes, et vous dévoile quelques «clefs» pour mieux le comprendre, capter et ressentir « l’esprit du Bassin »… un véritable art de vivre.

Retrouvez mes articles

Quelques suggestions de lectures

Pour ceux qui aiment lire, Je vous propose ici une petite sélection des nombreux livres écrits en rapport avec le Bassin d’Arcachon. Ceux que j’ai le plus aimés pour leur rapport avec des réalités historiques, pour les intrigues, ou qui … Read More

Featured Post

Bon Cadeau- anniversaire, EVJF…

Vous cherchez un cadeau original pour un anniversaire, un enterrement de vie de jeune fille (ou jeune homme), un mariage, un départ à la retraite, à offrir à vos meilleurs clients… ou tout simplement pour faire plaisir. Vous pouvez offrir … Read More

Featured Post

Reportages TV

Depuis que j’exerce mon métier de guide, j’ai eu la chance de participer à différents reportages. C’est à chaque fois une expérience extraordinaire! Toujours avec des équipes très sympathiques, qui savent mettre à l’aise dans ces exercices difficiles, et de … Read More

Featured Post

Visites guidées en vélo

Le vélo (à assistance électrique) est idéal pour découvrir le patrimoine d’Arcachon et les alentours. Il permet de se déplacer n’importe où et profiter pleinement des visites guidées. Cela permet d’allier visite culturelle et activité… c’est bon pour la santé! … Read More

Featured Post

Une visite guidée est toujours unique

« Chaque visite guidée est unique » – Chaque individu étant unique, chaque guide est unique. Chaque guide arrive avec ses connaissances, mais aussi sa personnalité, ses émotions, ses expériences de vie (personnelles et professionnelles)… – Chaque groupe (même en petit comité) … Read More

Featured Post

Être guide, un métier et une vocation…

« Être guide est un métier mais pas seulement… c’est pour moi une véritable vocation ! » C’est un métier car cela s’apprend, il faut une bonne formation : Pour faire des visites guidées il est absolument necéssaire d’acquérir certaines connaisances spécifiques. Il faut … Read More

Featured Post

L' ANECDOTE DU MOIS : Louis Gaume et le style néo-basque à Pyla-sur-Mer

Le roman  Un grain de sable dans la Dune , Pilat été 1935, est un roman de l’arcachonnais, Dominique Dayau, paru en 2020. Il se déroule essentiellement dans le quartier de Pilat plage, et notamment à l‘hôtel Haïtza construit par Louis Gaume en 1930, et m’a donné l’idée de vous parler aujourd’hui du style néo basque choisi par cet entrepreneur pour ses constructions, dans cette station balnéaire devenu quartier résidentiel.

Il me faut pour cela tout d’abord vous présenter Louis Gaume.

Il est originaire de l’Allier, et commence par être apprenti couvreur zingueur.

Il arrive à Arcachon en 1912 à l’âge de 23 ans comme Compagnon du Tour de France et il est rapidement embauché par la charpenterie Cazobon. Sa formation de Compagnon lui a apporté la rigueur, le désir de bien faire, mais aussi le goût d’innover, de concevoir et d’imaginer.

Il rencontre Daniel Meller, propriétaire de 115 hectares de forêt domaniale qui s’étendent depuis la Grande Dune.

En 1916 ils créent ensemble une première entreprise nommée Pyla sur Mer. Ils veulent faire d’Arcachon un lieu de villégiature sur le modèle de Biarritz, en créant une nouvelle station avec pour concept « une villa sous les pins ».

Il achète des terrains et en 1922 nait l’entreprise Gaume. Il comprend très vite qu’il n’existe pas de station balnéaire sans hôtellerie. Raison pour laquelle entre 1926 et 1932 il construit 6 hôtels hauts de gamme parmi lesquels La Corniche, Haïtza, Etche Ona et construit ces premières villas.

Le concept de l’entreprise Gaume va plus loin qu’une entreprise classique, car elle a une vision globale de quartier et s’occupe de tous les travaux des réseaux collectifs, des routes et aménagements urbains au fur et à mesure de la construction des villas. On peut comparer, toute proportion gardée, cette vision globale à la création de la ville d’hiver à Arcachon par les frères Péreire dans les années 1860.

Selon la volonté de Daniel Meller et de Louis Gaume les constructions au Pilat sont d’entrée ultra normées. Le règlement d’urbanisme qu’ils établissent interdit de couper les pins qui parsèment les parcelles excepté sur l’emplacement du bâti et il impose la plantation d’arbres sur les terrains en cas de coupe pour la construction d’un bassin.

Les constructions doivent se fondre parfaitement dans le paysage, les jardins s’articulent autour des pins maritimes, symboles du Bassin d’Arcachon.

Petit à petit l’entreprise Gaume s’impose comme bâtisseur exclusif haut de gamme et donne une unité architecturale à la station balnéaire.

L’entreprise Gaume construira en tout, depuis les débuts à nos jours environ 1500 villas.

le style architectural des villas et hôtels Gaume, est d’inspiration néo basque, sobre mais reconnaissable entre tous !

Mais qu’est ce que le style néo basque ?

L’etche, maison en basque, s’inspire des traditionnelles fermes de la province du Labours en empruntant notamment :

  • une toiture assymétrique : c’est à dire avec des pans de toiture non égaux

  • les murs blanchie à la chaux

  • les colombages en bois

  • les boiseries et volets peints

Pourquoi Louis Gaume a t’il choisi ce style architectural pour le Pyla sur Mer, plutôt qu’un autre ?

Tout d’abord parce qu’à cette époque, le style néo basque est à la mode.

Il a été mis au goût du jour notamment par l’écrivains Pierre Loti à Hendaye. En 1914 il commande des travaux pour donner à sa maison une esthétique plus traditionnelle de la région, en réinterprétant le type de la ferme de la province basque du Labour. A sa suite de nombreux propriétaires font construire leur villa en reprenant le vocabulaire architectural de ces fermes tout en les adaptant à la villégiature et aux commodités modernes.

Le modèle des fermes rurales s’adapte alors au milieu urbain. Ces habitations perdent leur fonction première agricole et deviennent plus cossues, à la croisée de la modernité et de la tradition. Ce style néo basques restera à la mode jusque dans les années 50-60.

Dans le choix de Louis Gaume d’opter pour le style Néo Basque à Pyla sur Mer, on peut aussi supposer l’influence d’un projet totalement fou qui court à cette époque… : l’Autostrade: Ce projet remonte à 1905, année où est crée « un comité d’initiative pour la construction d’un boulevard Arcachon- Biarritz » auquel s’attèle Maurice Martin, poète et journaliste bordelais (et qui a donné le nom de « Côte d’Argent » à cette partie du littoral Atlantique, lors d’un séjour de repérage pour ce projet).

Oui vous avez bien lu… un boulevard Arcachon-Biarritz!!!Le projet ? Relier les 2 grandes stations balnéaires par une route discontinue sans carrefour, conçue pour la circulation rapide à travers 200km de forêt de pins et les dunes, juste à l’arrière du littoral !!!

Mais le projet est suspendu par manque d’investisseurs. Puis il revient en force en 1925, au moment où Louis Gaume crée son entreprise… Il a donc connaissance de ce projet, et avec Daniel Meller, leur projet se croise, puisqu’ils veulent faire d’Arcachon et Pyla sur Mer un lieu de villégiature comme à Biarritz !

On peut donc supposer que ce projet a eut une certaine influence sur ce choix dans un soucis d’avoir une homogénéité architecturale sur le trajet de cette nouvelle route.

Finalement en 1931 le projet de l’Autostrade est définitivement abandonné car l’Administration forestière s’y oppose, cela disloquerait dangereusement les massifs.

Louis Gaume a cependant déjà commencé à construire ces hôtels et quelques villas dans ce style néo-basque qui s’est très bien transposé dans la pinède de la commune de Pyla sur Mer et qui plait beaucoup aux clients qui rachètent les terrains et villas à l’entrepreneur. Louis Gaume impose donc son style

Car l’avantage de ce nouveau style architectural pour les villas est qu’il n’est pas contraint à l’obligatoire toiture à 2 versants égaux. Non seulement les 2 versants sont le plus souvent inégaux, mais mieux encore, la villa néo basque s’autorise des décrochements en façade, et donne ainsi naissance à des avants corps ou des arrières corps qui permettent une grande liberté de plan.

Les constructions néo-basques ont des façades ordonnancées. Le mur pignon, traditionnellement sur les petits côtés de la ferme pour protéger des intempéries du climat océanique parvenant jusqu’au Labour, passe ici, pour des raisons esthétiques, sur les grands côtés de la villa. En inversant ainsi l’axe de la maison par rapport à la ferme Labourdine, on obtient 2 larges façades principales ouvertes pour capter la lumière. Cela s’adapte d’autant mieux ici pour la villégiature dans la pinède qu’il permet d’offrir plus de vues sur le Bassin pour les villas en première ligne.

La dissymétrie, l’un des pans de la toiture plus long que l’autre, qui dans la ferme du Labour résultait d’agrandissements pour accueillir les différentes générations de la famille vivant ensemble, est devenu une constante et donne une silhouette caractéristique à la villa.

Les ouvertures autrefois peu nombreuses et étroites, sont maintenant larges et parfois arrondies.

La liberté de plan qu’offre alors la villa néo-basque est beaucoup plus intéressante que ce qu’avait pu proposer jusque là le style chalet en dur si typique que l’on retrouve notamment à Arcachon et en ville d’hiver.

L’état d’esprit de Louis Gaume était de construire des villas discrètes, ouvertes sur de grands parc arborés de pins, créant ainsi une ambiance feutrée, intime, à l’abri des regards mais ouvertes vers l’extérieur, puisqu’elles étaient essentiellement habitées durant la saison estivale par les riches propriétaires ou locataires venus en villégiature sur le Bassin.

Nous voyons à quel point Louis Gaume, cet entrepreneur visionnaire, qui voulait juste créer une nouvelle station balnéaire réputée pour prolonger Arcachon, a ainsi laissé une signature, reconnaissable entre toutes, qui a donné « au Pyla » une âme et identité forte à jamais associée à son nom. Nous avons la ville d’hiver du XIX ème siècle associée pour toujours aux frères Péreire, et maintenant le Pyla associé à Louis Gaume.

Ces Descendants depuis, continuent toujours aujourd’hui à perpétuer son entreprise et son état d’esprit.

En attendant de pouvoir venir vous promener au Pyla, de vous prélasser sur ces plages où d’aller siroter un cocktail et manger dans l’un des établissements construits par Louis Gaume (magnifiquement rénovés et d’excellentes adresses), vous pouvez vous plonger comme moi dans la lecture du roman  Un grain de sable dans la Dune. Il vous fera voyager aux grandes heures du Pyla avant la Seconde Guerre Mondiale.

Au fil des pages, vous y ferez même la rencontre de Louis Gaume lui même… !!! Bonne lecture

Sources pour cet article:

  • pyla.com (Raphael Vialard)
  • Entreprise Gaume
  • Le style néo-basque comme objet anthropologique- JSTOR

Valérie Sutra – mai 2021

Réservez votre visite